Le médicament contre les poux de tête pourrait-il arrêter le coronavirus sur ses traces?

L’ivermectine est un médicament connu pour les infections causées par des parasites et est bien connu pour traiter les infestations de poux. Il a été cité comme un candidat possible à utiliser contre le coronavirus (COVID-19).

Tests de laboratoire

À l’heure actuelle, les tests de laboratoire ont indiqué que l’ivermectine a le potentiel d’empêcher la réplication de COVID-19. Bien que ses utilisations actuelles soient sans danger pour les humains, les femmes enceintes sont une exception, tout comme les petits enfants pesant moins de trente-trois livres. Lorsqu’il s’agit de sujets humains, la posologie et le mode d’administration sont des facteurs importants qui doivent être déterminés pour obtenir des résultats précis et sûrs. Bien que les premières études aient été effectuées en Suisse, le médicament est approuvé pour ses utilisations actuelles par la Food and Drug Administration des États-Unis (FDA). Il figure également sur la liste modèle de médicaments essentiels de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Des chercheurs médicaux suisses ont découvert qu’une seule dose peut éliminer tous les ARN viraux en 48 heures. Il a également été noté qu’une réduction virale significative s’est produite dans les 24 heures.

Une augmentation significative de la posologie par rapport à l’utilisation actuelle sera probablement nécessaire pour une utilisation contre COVID-19, selon certaines estimations vingt à vingt-cinq fois par rapport à ce qui est utilisé en clinique. Étant donné que l’ivermectine est un médicament qui a déjà fait l’objet d’études, d’essais et d’approbations en laboratoire concernant le traitement d’autres affections, il a un avantage dans la production d’un nouveau médicament. Le développement d’un nouveau médicament ou vaccin est dans le meilleur des cas un processus très long pour établir la sécurité des patients.

Effets secondaires

Les effets secondaires connus de l’ivermectine pour son utilisation actuelle sont les nausées, les démangeaisons, les éruptions cutanées, la constipation, les vomissements, l’hypotension artérielle, la diarrhée, les étourdissements, les tremblements, l’enflure du visage et le manque d’énergie. Les études en laboratoire ont également démontré que l’ivermectine peut être utilisée pour traiter d’autres infections virales telles que la grippe, le Zika, le VIH et la dengue. Les chercheurs soupçonnent que le succès de l’ivermectine en laboratoire avec COVID-19 est dû à la capacité de l’ivermectine à arrêter le transport nucléaire au niveau cellulaire en arrêtant les mécanismes qui permettent aux protéines de voyager dans le virus réel.

À son tour, cela a le potentiel d’empêcher COVID-19 de se répliquer, ce qui est l’un des plus grands obstacles au traitement des patients. En plus d’être actuellement utilisée pour les humains en ce qui concerne les infestations de parasites tels que les poux, l’ivermectine est également utilisée pour les infestations de parasites chez les animaux. Il n’est pas considéré comme sûr à utiliser ou à utiliser soi-même avec des médicaments contenant de l’ivermectine qui ont été conçus pour un usage animal car ils sont spécifiquement conçus pour des espèces animales particulières et le composé contenu dans les médicaments peut être nocif pour l’homme.

Si l’ivermectine est considérée comme viable pour l’homme contre le COVID-19, elle devrait être abordable sur la base de l’analyse actuelle des coûts de ses utilisations actuelles.
Il est également noté que le déploiement de l’ivermectine dépend de nouveaux tests précliniques et cliniques qui nécessiteront un financement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *